J'avais prévu de vous écrire aujourd'hui... je devais vous parler de cousettes pour mes petits chats... que j'ai un peu gâtés ces derniers temps... et puis la vie...

Cette nuit mon grand-père, mon pépé, s'est éteint. Comme ça, dans son sommeil. Il avait 93 ans, il avait bien vécu, très bien même. Oui, mais voilà, ceux qu'on aime on les espère éternels, et on ne veut pas les laisser partir...

Mon pépé, c'est cet homme qui était né au-delà de la Méditerranée, en Algérie lorsqu'elle était encore Française, celui qui y a grandi, couru, fait du vélo, pêché, fait des âneries avec ses copains et ses frères. Mon pépé, c'est celui qui ne s'est jamais remis de devoir quitter ce magnifique pays, même si ce n'était pas vraiment le sien.

Mon pépé, c'est celui qui a trouvé l'amour de sa vie à Marseille, alors qu'il était militaire.

Mon pépé c'est celui qui a élevé deux enfants, avec une très grande sévérité, comme cela se faisait à l'époque, mais qui en a fait de très jolies personnes, avec de belles valeurs.

Mon pépé, c'est celui qui nous a accueillies, mes cousines, ma soeur et moi, avec ma mémé, tous les étés pendant des années, dans "le Sud", puisque nous habitions dans "le Nord" à l'époque... Et ces étés ont été, sont et seront à tout jamais inoubliables... Des journées entières à la mer, plage de Corbières, à pêcher des fruits de mer ou à jouer, des chichis-frégis de l'Estaque tout chauds, au retour de la plage, si on avait été sages, et toujours achetés "chez Magali", parce que c'était les meilleurs (et ils le sont toujours).

Mon pépé c'est celui qui m'envoyait dans les toilettes finir mon assiette quand je faisais ma difficile (et il ne fallait surtout pas jeter le contenu de l'assiette, sinon c'était double dose...)...

Mon pépé, c'est celui qui me faisait faire mes devoirs de vacances, et parfois un peu plus, quand il sortait son dictionnaire avec toutes ses pages scotchées pour m'expliquer certains mots...

Mon pépé, c'est celui qui parcourait des kilomètres à vélo, dans notre belle Provence, à plus de 70 ans, et qui avait des cuisses en béton!

Mon pépé, c'est celui qui cultivait, dans son tout petit jardin, des tomates, des haricots, des fraises, des abricots, du raisin et des reine-claudes comme je n'en ai jamais plus mangé depuis...

Mon pépé, il était dur, il était sévère, il me faisait peur, un peu, mais il était joueur, il était joyeux. Mon pépé, il nous taquinait dès qu'il en avait l'occasion, et il faisait ça avec tout le monde...et on l'adorait pour ça!

J'avais prévu de vous écrire aujourd'hui, de vous parler des dernières cousettes pour mes enfants... je n'ai pas le coeur à le faire, mais je reviendrai très vite, car c'est la vie... Mon pépé a eu la chance de connaître mes enfants, arrière-grand-père, ce n'est pas donné à tout le monde. Une vie s'éteint, une autre renaît.

Mon pépé, il est parti hier soir, dans un souffle. Paix à son âme.